Transparence et régulation de la finance

L’actualité reste marquée par les mouvements sociaux, les dramatiques inondations, et le sera bientôt par l’Euro de foot.

Et pourtant à l’Assemblée un texte majeur est en débat, dans une quasi-indifférence, c’est la loi SAPIN 2.

Le texte est essentiel car il vient poursuivre les actions entreprises en 2012 pour réguler la finance, lutter contre les paradis fiscaux et renforcer l’exigence d’éthique dans les milieux d’affaires.

Ce texte crée un véritable statut du lanceur d’alertes qui sera protégé contre toutes les formes de représailles dont il est victime aujourd’hui.

Cette volonté de transparence se traduira aussi par une obligation pour les grandes entreprises de faire connaître leurs activités et leurs résultats dans les paradis fiscaux. Il en sera fini de la dissimulation pour échapper à la fiscalité.

Transparence mais aussi régulation, notamment sur la rémunération des dirigeants qui sera soumis au vote contraignant des actionnaires et non plus seulement consultatif.

Un troisième volet de la loi prévoit la création d’une agence nationale de prévention et de détection de la corruption pour rendre plus « propre » le milieu des affaires.

Ces mesures, après bien d’autres, sont de vraies mesures de gauche. Elles gênent d’ailleurs la droite qui n’ose ni les attaquer, ni les défendre …

Dans une économie de marché, la finance est nécessaire. Elle n’est l’ennemie que lorsqu’elle génère des excès. Par ce texte, qui met en avant la transparence et la régulation, c’est la moralisation de l’activité financière qui est recherchée, au grand bénéfice de nos concitoyens légitimement scandalisés par des pratiques plus que douteuses.